La prostitution en Algérie à l’époque Ottomane et française

avec Aurélie Perrier

animée par Dorothée Myriam Kellou

Télécharger
Flux RSS | iTunes | GooglePlaySoundCloud

L’histoire de l’Algérie coloniale est souvent abordée du point de vue des bouleversements économiques et politiques engendrés par l’occupation française. Mais cette dernière entraîna un remaniement dans la sphère de l’intime qui fut tout aussi significatif, bien que peu étudié.  Dans cet épisode, Aurélie Perrier se penche sur la question de l’évolution des formes de sexualités illicites en Algérie, particulièrement de la prostitution.  Organisée et mise en place par les autorités françaises dès l’arrivée des premières troupes en 1830, la régulation de la prostitution apparait rapidement comme un enjeu médical et social majeur pour les français : il s’agit à la fois d’enrayer le péril vénérien qui sévit au XIXe siècle et d’assurer la pureté de la race « blanche » en limitant les contacts sexuels entre les deux communautés (européenne et autochtone) au cadre prostitutionnel.

Si les courtisanes existaient bien à l’époque ottomane, leur statut était très différent. Nombre d’entre elles étaient musiciennes ou poètes, ce qui leur permettait de contribuer à la vie sociale et culturelle de leur société.  Après 1830, la courtisane devient simple prostituée. Par ailleurs, les autorités françaises mettent en place de nouveaux espaces et modalités de contrôle des « filles soumises ».  Le bordel et le quartier réservé, jusque là inconnus en Algérie,  apparaissent dans une majorité de villes algériennes tandis que médecins et police des mœurs élaborent des règles rigoureuses visant à discipliner ces filles dont la sexualité et le mode de vie sont considérés comme dangereux.
  

Aurélie PERRIER est docteur en histoire contemporaine du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord et membre du centre de Recherches Historiques à Paris. Ses centres d'intérêts principaux sont l'histoire sociale du Moyen-Orient, le Maghreb colonial, et le genre et la masculinité dans la Méditerranée du XIXe siècle.
Dorothée Myriam KELLOU est une journaliste et réalisatrice basée à Paris. Elle est diplômée du master d'études arabes de l'Université de Georgetown à Washington D.C. et développe actuellement un projet de film sur les regroupements de populations pendant la guerre d'Algérie, prenant pour point de départ la mémoire/l'oubli de son père.


Crédits

Episode N. 271 (Tout/MO N. 1)
Date de rela: 12 Octobre 2016
Lieu de l’enregistrement: Paris, France
Montage et production par Chris Gratien
Extraits sonores: en Excavated Shellac - Lili Labassi - Mazal Haye Mazal; Munira al-Mahdiyya – Aldahre Kataâ Awsali; en archive.org Istanbul'dan Ayva Gelir Nar Gelir - Azize Tozem and Sari RecepBaglamamin Dugumu - Necmiye Ararat and MuzafferHarmandali - Recep Efendi, Cemal Efendi
Images et bibliographie fournies par Aurélie Perrier

Tout/MO (Tout sur le Moyen-Orient) est une série de podcasts en français produite en coopération avec Ottoman History Podcast. L'émission vise à offrir un regard sensible et complexe sur l'histoire et l'actualité du Moyen-Orient, à contre-courant de toutes ces idées reçues qui circulent sur la région.  Dans nos différents épisodes, nous irons à la rencontre de chercheurs, universitaires,  journalistes,  cinéastes ou encore de photographes qui partageront avec nous leur compréhension d’une région qu’ils étudient, vivent et aiment.  Pour tous les férus (présents et futurs) du Moyen-Orient !

Images

Rue des Ouled-Nails, Biskra

Bibliographie

Germaine Aziz, Les chambres closes: histoire d'une prostituée juive d'Algérie, edited by Christelle Taraud (Paris, Nouveau Monde: 2007).

Christelle Taraud, La prostitution coloniale au Maghreb: Algérie, Tunisie, Maroc, 1830-1962 (Paris, Payot: 2003).

Ferhati Berkahoum, " la danseuse prostituee dite "Ouled Nail," entre mythe et realité (1830-1962). Des rapports sociaux et des pratiques concrètes," CLIO. Histoire, femmes et societés 17 (2003).

Bruce W. Dunne, "French Regulation of Prostitution in Nineteenth-Century Colonial Algeria," Arab Studies Journal 2, no.1 (Spring 1994): 24-30.

No comments:

Post a Comment

Due to a rise in spam advertising, we now moderate all comments